Qu’est-ce que la Gestalt-thérapie ?

Un peu d’histoire

Le mot « Gestalt », (prononcer « Gueshtalt ») sans équivalent dans les autres langues, vient de l’allemand « gestaltung » qui indique une action prévue, en cours ou terminée, et qui implique un processus de mise en forme, pour donner une structure signifiante.

La théorie de la Gestalt s’est d’abord développée en Allemagne au début du XXè siècle, à partir de la philosophie et de la psychologie.

La Gestalt-thérapie, quant à elle, a des origines multiculturelles.  Elle a vu le jour au début des années 50 aux Etats-Unis, à l’initiative de Frederick S. Perls (appelé couramment Fritz), médecin, psychiatre et psychanalyste, et à sa femme Laura, psychologue. Leur travail a également été inspiré par la psychanalyse de Freud et de Jung, par l’analyse caractérielle de Wilhelm Reich, par le courant philosophique existentiel et par les religions orientales, comme le taoïsme et le zen.

Elle s’est développée ensuite en Europe dans les années 70 et représente aujourd’hui un courant majeur en psychothérapie dans le monde. Elle est enseignée dans de nombreuses universités à l’étranger et c’est également l’un des courants psychothérapeutiques reconnus par l’Association Européenne de Psychothérapie.

 

Une thérapie du contact

Si la théorie de la Gestalt s’est développée à l’origine en réaction à la tendance dominante de l’époque à isoler les éléments les uns des autres, c’est que, selon la Gestalt, ce que perçoit un être humain, à tous les niveaux, s’organise non pas isolément, par morceaux, mais par ensembles : « le tout étant plus grand que la somme de ses parties ».

Nous retrouvons cette idée dans la pensée « Gestaltiste » qui conçoit l’être humain comme indissociable de son environnement, et ne peut l’envisager que comme « unité corps-cœur-esprit ». En s’appuyant sur le respect de la dignité de la personne, sa spécificité et son intégrité, le regard sera porté sur toutes ses dimensions : corporelle, émotionnelle, intellectuelle, sociale et spirituelle pour l’aider à réaliser tout son potentiel. Le fait de négliger l’une des dimensions pouvant ralentir ou empêcher d’aboutir au plein épanouissement. S’inscrivant dans le courant de la psychologie humaniste, existentielle et relationnelle, l’être humain étant un être social, il est donc indissociable de ses environnements, personnel, social, professionnel.

En Gestalt-thérapie, le thérapeute et le client observent et repèrent les processus et les mécanismes que le client met en place ou pas pour satisfaire judicieusement ses besoins dans le contact avec son environnement, et dans la relation thérapeutique, à la frontière entre lui-même et le thérapeute :

  • Comment se manifestent  les blocages, les inhibitions, les évitements, les illusions qui empêchent ce contact ou une relation ? Intellectuellement, physiquement, émotionnellement ?
  • Comment  les qualités, les talents, les potentiels, les points forts restent-ils en retrait ?  
  • Comment les situations inachevées du passé, conscientes ou pas, sont-elles encore présentes ? Comment occupent-elles notre espace mental ? Nous empêchent-elles d’aller plus loin, et mieux ?
  • Comment répondons-nous à nos besoins ? ou pas ?

Cette première étape de prise de conscience sur ce qui se passe dans l’instant présent de la relation thérapeutique implique déjà la nécessité d’utiliser toute notre sensorialité : l’attention fine à l’ensemble de nos ressentis, corporels, affectifs, émotionnels, un premier pas vers une perception globale de nous-même et vers notre authenticité. Dans un second temps, pour se rapprocher au plus de sa véritable identité, avec la contribution du thérapeute :

  • Comment faire autrement ? Quels ajustements mettre en place ? Est-ce possible ?
  • Comment retrouver notre liberté de choix ? Expérimenter, se laisser surprendre ? 

En réalité, la pensée « Gestaltiste » est une approche naturelle de la vie, qui nous propose un regard franc et réaliste sur les phénomènes quotidiens, puis d’utiliser nos ressources pour les ajuster selon nos besoins, ce qui fait dire à Perls : « Je n’ai rien inventé, je n’ai fait que redécouvrir ce qui existait depuis toujours ».

 

Pour trouver sa place et une qualité de vie

La Gestalt nous invite à développer l’autonomie, la responsabilité et la créativité pour retrouver notre liberté et un contact authentique avec les autres.

Comment vivre sa propre vie et non pas celle que d’autres voudraient nous imposer ? Comment être acteur, faire ses propres choix, plutôt qu’être victime ? Voilà quelques-uns des objectifs de la Gestalt.

Et pour exister pleinement, la Gestalt, en tant qu’art de vivre, nous permet, outre le fait de mieux se comprendre, de mieux s’écouter. Grâce à cette sécurité intérieure, il est alors possible de mieux comprendre les autres et ainsi de développer notre capacité d’adaptation à la nouveauté : personnes, environnements, événements.

Il ne s’agit pas de changer, d’abandonner ou de perdre, mais de gagner en expression, perceptions, réactions, responsabilité, projets, décisions et qualité de vie. C’est progressivement que peut se dessiner l’accomplissement de l’être humain, et s’approfondir  les réflexions d’ordre intellectuel et spirituel.  

 

Qu’est-ce qui caractérise un Gestalt-thérapeute ?

Avant d’accompagner un client, un Gestalt-thérapeute :

  • A lui-même suivi une psychothérapie approfondie et s’est formée à la Gestalt-thérapie dans une école reconnue par l’Association Européenne de Psychothérapie.
  • A suivi une formation en psychopathologie
  • A signé le code de déontologie de la profession
  • Adhère à un programme de supervision

Etant donné que la Gestalt-thérapie favorise l’authenticité de l’être humain, vous ne trouverez donc pas deux thérapeutes identiques ! Heureusement ! Il conviendra donc de chercher jusqu’à trouver celui ou celle avec qui vous pouvez envisager une relation thérapeutique qui vous convienne. Ainsi, certains gestalt-thérapeutes parlent plus que d’autres. Certains seront plus confrontants, d’autres plus maternants, mais toujours dans la bienveillance. Ils ont chacun leur personnalité. Ils sont là pour vous aider à affiner la vôtre.

Un gestalt-thérapeute est présent, impliqué dans la relation, mais non directif. Dans la relation avec l’autre, il reste lui-même dans un dialogue authentique, avec respect. Si nécessaire, il fait appel à la controverse, dans la mesure où elle est argumentée, en prenant soin de s’appuyer sur la conscience permanente de ce qui se passe dans la séance et comment cela se passe avec son client. Quel est le sens des mécanismes mis en place dans la relation ? Le gestalt-thérapeute accompagne également le client afin qu’il élargisse aussi sa propre conscience.

Si la parole est souvent privilégiée, c’est l’attention à l’expression non-verbale, corporelle (sensations, gestes, posture, rythmes, silences, etc.), et aux émotions qui font la différence pour se rapprocher du concept de l’unité corps-cœur-esprit. Le gestalt-thérapeute peut aussi faire appel à d’autres approches, selon sa spécificité, comme  le jeu de rôle, la créativité artistique, le massage psychocorporel etc …

 

A qui s’adresse la Gestalt-thérapie ?

La Gestalt-thérapie peut s’envisager en tant que thérapie, dynamique, car basée sur des actes de communication et peut contribuer à résoudre des situations passées difficiles encore présentes. Pour d’autres, elle sera utile pour travailler sur des problèmes émotionnels plus spécifiques. Elle peut se concevoir également comme outil de développement personnel, pour une action plus ponctuelle. C’est également un art de vivre et une philosophie puisqu’elle couvre toutes les dimensions de l’être humain et vise son harmonie avec son environnement.

Ainsi, elle s’adresse à toute personne, adultes, seniors, adolescents ou enfants, selon la spécialisation du gestalt-thérapeute, qui pourra proposer un travail en individuel, en couple, en famille, mais aussi un travail de groupe, en fonction des besoins exprimés.